La petite forêt

La venue d’un jeune sorcier, mi-sage contemplatif mi-photographe, Mirsad, le Jungoslave n’est pas le fait du hasard. Il existait bien un bosquet que ces rencontres ont dynamisé.
Sait-on et a-t-on jamais su comment naissent les forêts ? Suffit-il d’embrasser l’arbre ? S’agit-il de lancer des graines comme on nourrit les poules ?
Nous, les promeneurs, les randonneurs, les visiteurs, les attendant-l’heure avons décidé de planter une petite forêt qui nous appartiendrait à tous et dont nous serions tous responsables. Du coup, même si on ne s’y rencontre pas souvent, nous savons que les autres propriétaires, chacun à son heure, chacun à sa façon, sont passés par là ou passeront à un moment ou à un autre.
En plus de notre écosystème virtuel, symbolique, sacral et symbiotique, nous avons créé un mini mycélium, notre réseau social par voie de mail « Répondu à tous, relié au grand mycelium ».

En voici quelques extraits :

« Ce matin, j’ai repris wu wei et l’arbre… et je verse 18 minutes dans l’escarcelle de notre pratique collective !
Sachant que 60 jours nous séparent du prochain stage et que nous sommes 17, considérant qu’une pratique quotidienne de 10 minutes est tout à fait raisonnable, nous pourrions tabler sur une pratique collective ajoutée de 170 heures.
C’est pourquoi je vous propose de faire notre possible pour atteindre ensemble et partager 108 heures, nombre symbolique du Tao.
Connectons-nous au souvenir de la pratique ensemble et à la « mémoire de la sensation » pour soutenir nos efforts individuels… car comme dit le proverbe chinois:
qui n’avance pas recule ! »
L’Amatrice.

« Je suis preneuse ! Remarque très très personnelle : Tous les coups sont permis, on dirait ! La fin justifie le moyens. »
La Simple.

« Vive l’escarcelle !!! Au boulot ! Grandissons !!! Je m’y mets ! »
La Pure.

« Durant les discours officiels, debout, nous avons pratiqué le mouvement du bassin. Ancrage garanti, souplesse, respiration profonde. Tout moment peut être propice. On ajoute donc 20 min. »
Le Grand Frère.

« Que c’est bon d’être dans le moment présent. Hier soir : Embrasser l’arbre. »
Ressenti : Au bout de 15 minutes : (je ne connaissais pas le temps à ce moment-là, … je pratique les yeux fermés). J’ai eu de forts tapotements dans les doigts (pas des fourmis), … plutôt genre… quand on tape sur une table. Cela a précipité la fin de la posture, ne sachant pas comment appréhender ce phénomène inconnu.
Il m’a quand même fallu 5 minutes pour me remettre de ces sensations : chaleur, sourire intérieur, petite roue dans le ventre, bref…
La suite est pour moi encore plus surprenante : Après avoir enfin réussi à émerger. Je suis parti dans un fou rire…!! … d’au moins 2 minutes…!! Avec les larmes et tout et tout…!! Un truc incroyable…!!! … avec plein de choses qui se passait dans moi, mais difficile à analyser tant le fou rire était présent.

Que faut-il penser de tout ça ??? Faut–il que je pratique moins longtemps ? Je connais le sourire intérieur… Le fou rire intérieur… aussi… pendant le stage plus d’une fois j’ai dû calmer, difficilement ce phénomène. Mais là, le fou rire après la posture…??? Bon, je ne regrette pas… et cela ne m’inquiète pas plus que ça… C’était franchement énorme…!! Comme… j’essayais de le balbutier à ma femme… qui me regardait l’air incrédule… En fait… rien que d’y repenser, j’en ris encore… Voilà c’était juste un témoignage, qui me semblait intéressant de vous transmettre. »
L’Enfant.

« Plaisir partagé de ce week-end qui m’a permis de rencontrer Mirsad. Plaisir partagé devant les représentations de la nature en toute beauté.
Comme le miroir de ces arbres dans l’étang, notre persévérance nous renvoie toujours notre reflet lumineux et joyeux. Merci.
J’ai enfin fait un peu de Qi Gong : posture du Wuwei pendant 25 minutes avec respiration et mouvement du bassin, matin, devant la fenêtre, entrouverte, brouillard, et calme dehors. Immanence, volupté, assise.
Mais d’autre part, j’ai intégré plein de choses à ma pratique professionnelle : avec les élèves (je suis prof), et les collègues… du coup je me sens beaucoup plus accessible, disponible et apte à assumer toutes sortes de situations et de contrariétés. J’ai aussi eu le sentiment d’être plus efficace dans le travail et plus forte. »
La Profonde

« Et bien! Voilà de beaux mouvements intérieurs… Bravo les amis.
Les tapotements te rappellent que tu es sur la bonne voie: c’est l’ancien qui tape à la porte. Tout comme le fou rire, il permet d’évacuer de l’ancien. D’abord se vider avant de se remplir… Et tu te remplis ensuite du souvenir et et des bonne sensations mémorisées. Continue à déranger « l’autre », laisse le tapoter…
L’application dans la vie est quand même le but suprême de nos pratiques. Celui qui est fort dans sa caverne mais incapable de le vivre avec les autres n’est qu’un piètre élève…
Alors oui la vie n’attend que ça! souplesse, efficacité, sourire… l’équilibre, le feu joyeux des émotions et non pas le feu destructeur…
J’ai fait 15 min en cours avec mes élèves ce matin… »
Le Grand Frère.

« 15 minutes à l’aube + 10 en cours! La forêt avance! 20 minutes demain ! »
L’Amatrice.

A propos de Philippe Le Sifu

Philippe Ferrand est élève depuis 1988 de Maître Michel N’Guyen Person,

vainqueur en 1991 et 1992 de la Coupe Rhône-Alpes de Combats traditionnels,

professeur diplômé du Cercle Thiếu Lâm,

directeur national de l'arbitrage au sein du Cercle Thiếu Lâm,

instructeur fédéral de kung fu wushu depuis 1997,

professeur diplômé de QI GONG par la Fédération Européenne d'Arts énergétiques et de Qi Gong,

praticien de Tuina énergétique (Massages chinois)

praticien de Chineitsang (Massage taoïste du ventre)

nommé Sifu par ses maîtres en juin 2016